Bilan et conclusion

-Bilan par rapport au sujet de notre blog :

Le sujet des vanités en peinture au XVII ème siècle dans la région d’Amsterdam est avant tout un sujet iconographique. Il a été très ludique de travailler à commenter et analyser des oeuvres de la collection du Rijksmuseum notamment. C’est un thème vaste car le principe même des natures mortes est l’accumulation de choses toutes porteuses de symboliques qui leur sont propres. Bien que l’on est l’impression d’avoir parcouru toutes les différentes facettes du sujet, il resterait beaucoup d’éléments à mettre en lumière.

-Bilan par rapport à l’utilisation des nouveaux outils (netvibes, delicious, google group, wordpress et les ressources numériques en générale)

Cantonner nos recherches à ce qui se trouve sur Internet nous paraissait très difficile car le livre imprimé est sûr, approuvé, scientifique. On a été confronté à des ressources tels que des blogs amateurs qui bien qu’intéressant, ne citaient pas suffisamment leurs sources, il est donc dur de savoir quelle est la valeur des informations données et parmi les articles consultés la plupart n’était pas assez approfondi et plutôt destiné à une approche globale.

En revanche, une grande et bonne surprise au niveau des ressources mis à disposition par les musées, les bibliothèques (en particulier la BNF). Les musées mettent en effet à disposition des documents rédigés par les commissaires d’exposition, directeurs de musées, souvent à la suite ou pour une exposition.

Quant aux outils, delicious s’est avéré très utile. C’est un élément indispensable pour réaliser une recherche sur le long terme. Delicious a été aussi très pratique dans le cadre du travail en groupe : cette mise en commun des ressources, étudiées au préalable, constituait un vivier d’articles, documents et autres pour nous permettre de trouver des sujets pour nos articles.

Netvibes fut moins utile à nos yeux. Du fait de notre sujet, qui ne fait pas finalement tant de recherches en ce moment, ni le sujet central d’une exposition (depuis celle de Caen en 1990), il n’y avait pas de choses susceptibles de nous intéresser dans les flux RSS des sites d’actualité liés à l’Histoire de l’Art.

Pour ce qui est de WordPress, la mise en route fut chronophage. Trouver un thème qui réponde à notre sujet, en l’occurrence nous voulions vraiment mettre en avant les images, de meilleure qualité possible. En outre, nous voulions que dès l’arrivée sur la page d’accueil, le visiteur puisse avoir une vue d’ensemble du contenu de notre blog, tout en ne surchargeant pas celle-ci.

Un des bémols de wordpress à nos yeux fut le fait que l’on ne puisse pas réduire la taille de la police. On trouve en effet que le déroulement de la page pour lire les articles est fastidieux. 

L’installation des widgets ne fut pas chose aisée, notamment pour ce qui est du lien delicious, les liens n’apparaissaient pas, mais ce fut résolu. 

L’organisation au sein de notre « équipe » s’est très bien déroulée, et ce, grâce au google group en grande partie. On se forçait à utiliser le Google Group au départ, en dépit du fait que l’on se voyait régulièrement, puis l’on s’est rendu compte de son utilité, voire de sa nécessité. En effet, pour inscrire les choses noir sur blanc, être bien certain de ce que chacun doit faire, cet outil est très précieux. On se donnait des conseils, des objectifs, des deadlines. 

-Points positifs / points négatifs

Dans les points positifs de cette « expérience » tout d’abord la recherche en tant que telle. Savoir manier les mots-clés sur les moteurs de recherche des différents sites, repérer le ou les propriétaire(s) du site pour déterminer du sérieux des articles, ou encore prendre conscience de l’organisation d’une interface pour se forger un regard critique.

Quelques initiatives à noter : nous avons créé un compte sur le site du Rijksmuseum afin de récupérer des images en très bonne résolution, ce fut un élément central pour notre blog.

Les mots en gras afin de permettre au visiteur pressé de comprendre le contenu de notre article en  quelques secondes. 

Le point négatif est le temps que cela prend. Pour faire les choses bien, c’est un travail quasi quotidien à réaliser. On a posté des articles presque toutes les semaines pour se laisser ce temps nécessaire, mais il faut avouer que ce fut un travail beaucoup plus lourd que prévu. Ce qui prenait le plus de temps était la recherche de « bonnes » ressources fiables parmi la multitude de « tout et n’importe quoi » se trouvant sur Internet. 

Clémence L. et Clémentine J.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s